Calendrier

« Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Nikoo

NikooUn petit blog sur mes expériences dans le monde de Linux. Il contient essentiellement mes tests/retours/avis sur certaines distributions, mais également des conseils pour installer tel ou tel logiciel, et surtout une foule de liens utiles concernant Linux.

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Historique sur les systèmes de fichiers : de BFS à ZFS.

Par Nikoo :: 17/03/2008 à 10:41 :: Aide
Salut,

un tout petit billet pour vous indiquer une lecture intéressante (en anglais) sur arstechnica faisant un historique des systèmes de fichiers qui ont été, sont, ou seront utilisés, par les OS les plus connus actuellement (Linux, Windows, MacOSX, etc...).

L'article couvre le sujet des tous premiers systèmes de fichiers (file systems, ou FS) au plus récent et prometteur ZFS de Sun en passant par les bien connus FAT32, NTFS, ext3.

Voici l'ARTICLE (8 pages).

Bye.

P.S. on peut noter dans l'article que, comme je l'ai déjà mentionné ici et observé dans mon utilisation personnelle, le système XFS pour linux est cité comme efficace et rapide. L'auteur se basant en outre sur ça.

PlayOnLinux : aide à l'installation de jeux via Wine

Par Nikoo :: 13/03/2008 à 12:29 :: Aide
Salut,

un petit billet pour vous rapporter l'existence d'un site : PlayOnLinux

Ce site fournit des scripts permettant de faciliter l'utilisation de Wine afin d'installer et de jouer à certains jeux sous Linux.
L'équipe du site est assez jeune (lycéens, étudiants scientifiques) mais ils ont l'air bien motivés et leur projet semble prendre de l'ampleur.
La liste des jeux plus ou moins bien supportés est tempérée d'une échelle de compatibilité (malheureusement sans légende explicative 5 serait le max ? ) et complète la liste déjà existante des programmes supportés par Wine.


Une présentation de PlayOnLinux

En espérant que ce site vous aide à jouer sous votre nunux préféré,

Bye.



Changement auto de fonds d'écrans sous GNOME : la suite

Par Nikoo :: 29/02/2008 à 21:05 :: Aide
Salut,

comme je l'ai indiqué dans mon dernier billet, GNOME a l'inconvénient de ne pas contenir par défaut de fonctionnalités permettant le changement automatique de fond d'écran à intervalles donnés.
Je vous avais fourni une "solution" par le web avec le programme Webuilder.
Aujourd'hui, voici enfin un programme avec interface graphique permettant de faire sous GNOME ce dont tout linuxien sous KDE ou tout utilisateur de MacOSX dispose depuis des lustres :

Wallpapoz


Pour l'installer sous Ubuntu, c'est par ici.

Sinon, soit vérifiez dans votre distribution favorite si celle-ci est disponible en paquet tout prêt, soit compilez-le vous-même (les dépendances ne sont pas nombreuses) avec les sources ici.

Quelques images :





C'est pas beau ça ?
Enfin, ça vaut pas KDE quoi...

Bye.



 

Changement auto de fonds d'écrans sous GNOME : une idée

Par Nikoo :: 15/02/2008 à 07:14 :: Aide
Salut,

un petit billet pour vous indiquer que si certains d'entre vous regrettent que le changement automatique de fond d'écran ne soit pas dispo sous l'environnement graphique GNOME (et donc sous Ubuntu entre autre), voici une application qui va vous permettre d'avoir cette fonctionnalité mais d'une manière particulière.

Webuilder télécharge des images depuis des sites internet comme Flickr ou Webshots pour les afficher comme fond d'écran.
Il vous permet de gérer une collection, son rafraîchissement, et également de vous fournir de images sélectionnées à partir de tags de votre choix et donc correspondant aux types d'images qui pourraient vous intéresser.

A noter que ce programme peut aussi fonctionner sous l'environnement graphique KDE, mais je tenais à mettre en avant la possibilité pour GNOME, puisque KDE possède intrinsèquement cette capacité (avec des fichiers en local).

Ce programme est disponible pour Ubuntu, Debian, Archlinux. Je ne sais pas s'il existe un paquet pour Mandriva. Si quelqu'un a une info, qu'il la mette en commentaire.

Plus d'infos ici (en anglais).
Le programme en vidéo :





Faire des rapports de bugs

Par Nikoo :: 13/10/2007 à 00:09 :: Aide
Salut,

la qualité d'une distribution linux, comme de tout système d'exploitation, dépend fortement des retours d'utilisateurs.

Ainsi, chacun, à son échelle peut rapporter un bug, et ainsi participer à l'amélioration du système ou à la correction de divers problèmes.

Je vous mets donc ici des liens permettant de signaler ces erreurs pour les deux grandes distributions linux dont que j'ai pu traiter ici :

- Mandriva : Rapporter un bug : explications sur le wiki Mandriva pour déposer un rapport de bug. QAMandriva-bugzilla : site gérant les rapports de bug.

- Ubuntu/Kubuntu : Plateforme Launchpad.net : Ubuntu et Kubuntu me semblent utiliser le même outil.

Voilà, vous n'avez plus d'excuses, si ce n'est le temps dont vous disposez.
Il n'y a rien de bien compliqué, il suffit juste d'être clair, exhaustif, et calme .
La communauté du logiciel libre vous en sera reconnaissant et vous même pourriez vous remerciez éventuellement d'avoir participé à la résolution de votre propre problème...

Bye.

Installer Half-Life2 Deathmatch sous Linux

Par Nikoo :: 11/08/2007 à 18:38 :: Aide
Salut,

pour ceux que ça intéresse,
quelqu'un a décrit comment installer le jeu "Half-Life 2 Deathmatch" via Wine.

C'est par ICI.

Amusez-vous bien.


Tests d'antivirus sous Linux.

Par Nikoo :: 11/08/2007 à 11:47 :: Aide
Salut,

une boîte a testé un ensemble d'antivirus pour linux.
Apparemment, Kapersky, ClamAV, et Norton seraient ceux qui s'en tirent le mieux.

Les résultats et des commentaires sont ICI

Si ça en intéresse certains, moi pas....

Bye.


Créer/Editer des partitions...de musique sous Linux

Par Nikoo :: 07/08/2007 à 23:37 :: Aide
Salut,

je viens de tomber sur quelques logiciels permettant de créer ou d'éditer des partitions de musique sous Linux.
Si ça intéresse certains :

NoteEdit   (photos d'écran ICI): sur le site, il ne me semble pas avoir vu de paquet
pré-compilé pour telle ou telle distribution. Mais ça ne vous dispense pas de regarder
dans le gestionnaire de paquet de votre distribution favorite si ce logiciel n'est pas déjà
présent. Si ce n'est pas le cas et que vous souhaitez l'installer, il faudra passer par sa compilation ;
les instructions sont données dans le fichier INSTALL qui accompagne le programme téléchargé).

Rosegarden (c'est surtout un logiciel de création et d'édition de musique, mais il permet aussi
de travailler sur des partitions). Celui-ci vous êtes quasi-sûrs de le retrouver en paquet prêt
pour votre distribution.

Denemo (photos d'écran ICI)

KGuitar (photos d'écran ICI) : plus orienté guitare/tablatures

Tuxguitar
: guitare/tablatures


Bon défouloir.



P.S. on notera les notes de musique du smiley terminal.... on pourra pas dire que je ne fais pas dans le "thématique"....

Ajout de Phoronix dans Liens Linux

Par Nikoo :: 02/07/2007 à 00:57 :: Aide
Salut,

je viens d'ajouter, dans ma rubrique de "Liens Linux">"Linux et le matériel" un lien vers Phoronix.

C'est un site de news sur Linux et Solaris, mais je l'ai mis dans cette rubrique car il teste également de nombreux composants de PC notamment cartes mères, cartes graphiques, etc... qui sont bien souvent les sources de problèmes d'incompatibilité matérielles sous Linux.

Donc je trouve ça très pratique : ils montrent que le matériel fonctionne bien sous Linux et le note. Qu'à cela ne tienne, c'est ce composant que je choisirais pour renouveller mon matos. Logique imparable.

Exemple d'un de leurs articles :
http://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=727&num=1

Ces articles sont accompagnés visiblement d'une discussion possible du produit sur leur forum.
Pour mon exemple : http://www.phoronix.com/forums/showthread.php?t=834


Bye.



P.S. ce site phoronix dispose d'un flux RSS pour s'abonner.




Blog parlant d'Openoffice

Par Nikoo :: 30/05/2007 à 16:27 :: Aide
Salut,

voici un blog, en anglais, traitant d'Openoffice.
ça m'a l'air bien fait.


Openoffice.org Training Tips and Ideas

Les fichiers .desktop, un problème de sécurité ?

Par Nikoo :: 04/05/2007 à 00:25 :: Aide
Salut,

je viens de tomber sur un article intéressant traitant (en anglais, désolé pour les "anglophobiques" ) de l'insécurité potentielle des fichiers .desktop

Pour résumer rapido :

Il s'agit par exemple de raccourcis posés sur le bureau poitant vers des applications. Vous pouvez créer ces raccourcis en copiant un raccourci depuis le menu K de l'environnement graphique KDE vers le bureau.

Ici, j'ai simplement pris l'éditeur de texte Kwrite dans le menu K que j'ai copié sur le bureau.

En regardant les propriétés du fichier, on se rend compte que le vrai nom du fichier n'est pas Kwrite, mais Kwrite.desktop

En éditant ce raccourci avec Kwrite lui-même, voici ce qu'il contient :


[Desktop Entry]
Comment=
Exec=kwrite
GenericName=
Icon=kwrite
Name=Kwrite
Path=
StartupNotify=true
Terminal=0
TerminalOptions=
Type=Application
X-KDE-SubstituteUID=false
X-KDE-Username=

On comprend assez facilement la structure du fichier, et on peut observer qu'il existe une ligne (mise en valeur ici en gras), qui spécifie l'éxécutable à lancer.

L'auteur indique qu'il est possible de piéger ainsi un fichier .desktop afin de lui faire exécuter ce que l'on souhaite....

Laissez vos avis sur la question, ça m'intéresse, par pure curiosité, bien sûr.

L'article.

Bye.


Acheter un ordinateur sans Windows pré-installé ? C'est possible.

Par Nikoo :: 14/03/2007 à 19:26 :: Aide
Salut,

je prends ici un peu de temps pour parler ici de ce que l'on appelle la vente liée, et des remèdes qui commencent à apparaître.
Ce délit est quelque chose qui passe relativement inaperçu dans le commerce habituel, mais qui commence à agacer fortement les fanas d'informatiques ayant goûté aux joies de Linux (système d'exploitation dont il est essentiellement question dans ce blog...)...

En effet, globalement, si vous désirez actuellement acheter un ordinateur (tour de bureau, ou ordis portables, et c'est encore plus vrai avec ces derniers) par les réseaux de ventes que 80-90 % des gens utilisent, à savoir les grandes surfaces ou les grands magasins d'informatiques ou de vente de produits électroniques, Windows, qui n'est qu'un système d'exploitation parmi tant d'autres, vous est automatiquement vendu avec l'ordinateur.

Ceci a été fait au début parce que ce système est relativement facile à utiliser et parce qu'on considérait que l'utilisateur n'était pas forcément apte à choisir ce qui était le mieux pour lui.
Historiquement, c'est vrai que Windows fut le seul système d'exploitation réellement utilisable et convivial pendant un certain temps sur le marché des PC.
Ceci a notamment contribué à la création de la situation de quasi-monopole dans laquelle nous sommes actuellement. Si bien que très souvent, vous verrez marqué sur les boîtes de logiciels que vous achetez : "Compatible Mac, et PC" avec PC = Windows, dans l'esprit du fabriquant....


Voyez-vous la situation gravissime dans laquelle nous sommes ?   La même que l'amalgame qui est fait entre Kleenex et mouchoir en papier .... Sauf, que dans ce cas précis, la différence entre les deux produits est vraiment minime....

Maintenant, de plus en plus de gens sont intéressés par des systèmes d'exploitations alternatifs pour leur PC, et notamment Linux.

A tel point que Dell, le fameux assembleur d'ordinateurs,  a eu la grosse surprise de voir en tête de la consultation mondiale qu'il vient de lancer sur Internet que 7 des 10 souhaits/désirs/volontés les plus demandées par des internautes avaient de près ou de loin rapport avec Linux ou des logiciels libres particuliers (Firefox ou OpenOffice, notamment).

Les 3 restants étant :
- des produits ayant plus de RAM (mémoire vive).
- l'absence de tout logiciel supplémentaire autre que le système d'exploitation (genre les antivirus en version de démonstration, l'offre promotionnelle de connection à tel ou tel fournisseur d'accès internet...etc...  ).
- l'absence de tout système d'exploitation pré-installé (c'est à dire une stricte application de la loi française, en l'occurence, bien que le vote soit international ).

Et c'est bien de ceci qu'il est question : respect de la loi francaise, qui interdit la vente de l'ordinateur avec un système d'exploitation donné.

Attention, comprenez-moi bien : on pourrait très bien voir un ordi vendu associé avec la proposition de la part du vendeur de vous vendre et de vous installer en plus, un système d'exploitation : notamment Windows, pour 80-90 % des gens disons.
C'est là que l'on se rendrait compte que le coût du système d'exploitation (notamment Windows actuellement) représente une part non négligeable du prix de l'ordinateur, tel qu'il est vendu actuellement (150 à 200 euros minimum). La décision vous appartenant de payer ou pas en plus pour avoir ce système-ci, notamment en analysant réellement vos besoins. Sachant que les vendeurs ont alors tendance à augmenter le prix de l'ordi nu afin de rattraper la perte...

Ainsi, actuellement, quand vous achetez un ordi, vous payez, consciemment ou pas, cette somme pour le Windows installé (qui tend d'ailleurs à n'être plus vendu que sous la forme d'un CD de restauration, ce qui limite considérablement vos possibilités d'utilisation du disque dur vendu avec l'ordinateur, et qui peut également se révéler problématique lorsque le disque dur est âbimé ou autres problèmes...).
Un effet direct de la vente liée de l'OS avec l'ordi est que le nouveau système d'exploitation de Microsoft Windows Vista, décrié partout pour le peu de progrès réels qu'il apporte par rapport à Windows XP et aux performances matérielles qu'il requiert et son coût à l'achat, ne réalise ses plus grosses ventes qu'avec l'achat d'ordinateurs portables, auquels sa vente est associée.

L'intérêt d'un ordi sans système d'exploitation ?
- Ne pas se voir imposer un OS.
- Pouvoir acheter Windows à part, et bénéficier ainsi d'un vrai CD Windows.
- Ne pas payer Windows et installer une distribution linux gratuite, ou moins chère que Windows et pour autant couvrant nos besoins de tous les jours.

Bref, pas la peine de polémiquer sur "oui, mais les voitures on les vend pas sans huile, ou bien sans pneu", de longues discussions ont déjà lieu sur des tas de forums en francais, en anglais, en charabia.
Et de toute façon, j'ai raison

Je souhaitais juste vous faire un petit état des lieux avant de vous présenter quelques solutions qui commencent à émerger.

Outre les techniques judiciaires consistant à se faire rembourser windows par le vendeur au terme d'un procès, certes justifié, mais lourd, mieux vaut favoriser commercialement les vendeurs et constructeurs qui ont compris qu'il existe un marché réel linux sur les PC de particuliers.



Ainsi, il existe actuellement plusieurs possibilités pour acheter un ordinateur sans OS :

- Pour un ordinateur de maison (une tour), c'est assez facile :

.. il suffit de l'acheter chez un assembleur comme Cybertek, et de ne pas prendre de Windows (par ailleurs, comme je vous l'ai recommandé dans mon billet "Conseils pour l'installation d'une distribution Linux"  : l'avantage d'un assembleur est que vous pouvez choisir des composants dont vous savez qu'ils fonctionnent bien avec linux, puisque vous vous êtes renseignés avant...).
.. Dell offre maintenant 2 configurations d'ordinateurs de bureau entièrement compatibles linux
.

- Pour un ordinateur portable, c'est actuellement beaucoup plus dur (et pourtant, il faut que ça change, puisque l'ordinateur portable est en passe de devenir un vecteur de croissance majeur sur le secteur de l'informatique).
Mais voici déjà quelques pistes :

Des assembleurs francais :
- matériel.net: certains en disent du bien ici. Il suffit de faire une recherche avec les termes "sans OS". Les 4 premières entrées correspondent à des ordis portables sans OS. Attention, ça ne veut pas dire qu'ils fonctionneront sous Linux, c'est à vous de regarder les composants et leur compatibilité !


- keynux : précurseurs dans le domaine de la double certification Windows/Linux, un peu chers (charges sociales ? ), mais se disent très pros, et très sérieux : à tester si vous avez des sous. Ne vous fiez pas à ce qui est indiqué : vous avez bien la possibilité d'acheter tous les ordis visibles sur la page sans OS, il suffit de choisir de se mettre à "configurer" l'ordi de votre choix, et vous verrez.

Des assembleurs internationaux :
- Dell : Premier grand assembleur de renommée internationale qui se met à vendre du matériel entièrement supporté sous Linux. L'offre est pour l'instant destinée uniquement aux USA, et l'offre limitée à un seul ordinateur portable, mais c'est un début. Affaire à suivre.
- system76
: compagnie ne vendant qu'aux USA et au canada, mais recommandée par Marc Shuttleworth, le créateur de la distribution Ubuntu (ici, et ).

D'autres vendeurs :
- ldlc.com  : je n'ai pas trouvé leurs offres sans OS, mais c'est apparemment possible, faut chercher (j'ai jamais eu de problèmes depuis 5 ou 6 achats sur ce site).
- Zepto : vendeur luxembourgeois

Pour finir : quelques liens sur cette histoire de la vente liée :

- Article sur Linux French
- http://www.linux-center.org/detaxe/


En espérant avoir aidé certains à trouver leur bonheur, je vous rappelle également qu'il existe dans mon billet liens linux, une rubrique spéciale sur les forums parlant de linux sur les ordis portables, c'est là que vous trouverez les ordis et les composants d'ordis fonctionnant bien avec Linux.

Bye.




Equivalences logicielles Windows - Linux

Par Nikoo :: 21/02/2007 à 23:50 :: Aide
Salut,

un site dynamique vous présentant les équivalents Linux que vous pouvez trouver
pour remplacer les logiciels que vous utilisiez sous Windows.


On notera le nombre important de projets parallèles, selon les catégories,
pour un unique logiciel sous Windows. Ceci pour combler les goûts de chacun.

C'est ici


Quelques petites astuces pour Beryl sous Linux !

Par Nikoo :: 19/02/2007 à 19:07 :: Aide


Salut,

je vous mets ici quelques liens vers des fonctionnalités intéressantes sous Beryl, un gestionnaire d'effets 3D pour votre environnement graphique sous Linux, dont j'ai largement parlé dans ce Blog.
Certains diront que certaines fonctionnalités ne sont pas pratiques, ou qu'elles ne leur conviennent pas. Beryl a pour avantage de fournir tout de même un large ensemble de possibilités pour améliorer vos tâches et votre travail sous environnement graphique, à vous de prendre ce qui vous va le mieux.

Beryl usability part 1

Beryl usability part 2

Beryl usability part 3

Beryl usability part 4

Beryl usability part 5

Beryl usability part 6 (il est ici question de "drag and drop" avec la souris quand l'effet "Scale" ou Exposé-like est activé ; les équivalents francais des options menus dont il parle sont :
- Sloppy Focus : Focus au survol du pointeur et glissé/déposé.
- Hovering time : temps de survol. Il indique de mettre ce paramètre à 500 ms ou moins. Personnellement, je vous recommande de descendre au max à 150 ms, car après, vous ne pouvez plus survoler sereinement les fenêtres avec l'objet à déposer . Perso, j'ai mis à 150, et c'est bien, le timing correspond bien à ce qu'on attend d'un drag&drop.




Bye.

Petite frayeur avec "sudo" et Kubuntu

Par Nikoo :: 05/02/2007 à 18:30 :: Aide


Salut,
un petit billet pour vous raconter la petite frayeur que j'ai eue.

Pour rappel, il existe sous Linux une gestion des utilisateurs assez stricte, ceux-ci pouvant appartenir à des groupes d'utilisateurs, ayant eux-mêmes des droits divers et variés sur certaines parties du système et sur les fichiers qui le constituent.

Pour aller droit au but, vous avez habituellement : les utilisateurs simples, et puis l'utilisateur dit "root" (= racine en anglais).

"root" est l'utilisateur (un peu vilain de l'appeler comme ça, mais bon ) suprême pouvant accéder en lecture et écriture à tout ce qu'il y a dans le système.

Les utilisateurs simples : ben ce sont des utilisateurs simples qui ne peuvent pas toucher aux fichiers system, normalement ().

On peut passer en root depuis un compte utilisateur en tapant (sans les guillemets) "su" dans un terminal et en fournissant le mot de passe root. (su= super user = super utilisateur)

Malgré tout, il se trouve qu'il existe un moyen de conférer temporairement à un utilisateur simple des droits d'administration. Ceci se fait en le déclarant dans le fichier /etc/sudoers (en tout cas pour Ubuntu et ses dérivés).

sudoers : littéralement les "users" pouvant "faire" comme "su".

Ainsi, il existe des distributions linux qui ont :

1:  des utilisateurs simples et puis un compte root (cas de Mandriva, par défaut, notamment).
2:  des utilisateurs simples, des utilisateurs sudoers (compte root désactivé).
3:  des utilisateurs simples, des utilisateurs sudoers, et puis un compte root.

Rque : vous devez sûrement pouvoir faire passer une Mandriva dans la catégorie 3, mais je ne m'y suis jamais penché. A voir du côté de leur outil "msec".

Kubuntu, comme Ubuntu, fait partie de la catégorie 2. MacOSX aussi, d'ailleurs.
Ainsi, vous trouverez partout des aides sur Ubuntu et ses dérivés sur le Net pour installer des programmes, ou réaliser des tâches admin qui vous disent :

tapez "sudo j'ai_le_droit_de_fumer_dans_mon_bureau"

Vous sollicitez donc temporairement le droit administrateur de faire un truc qui ne vous est habituellement pas autorisé (exemple tout à fait d'actualité ).

Le premier user créé sur Ubuntu/Kubuntu fait ainsi partie des sudoers.
Au lieu de vous donner les pleins pouvoir et de vous demander un mot de passe particulier, on ne fait que vous demander de donner votre mot de passe utilisateur, qui a une valeur forte, puisque vous faites partie des utilisateurs auquels ont a confié l'accès temporaire aux droits admin ! rooohhhh !!! 

Bref, vous allez voir où est le problème de ce genre de truc.

Configuration 1 :
Si vous êtes user simple, vous ne pouvez pas bouziller grand chose sur votre système à part vos données personnelles et les fichiers de configuration des logiciels que vous utilisez (bref, votre /home quoi).
Vous voulez faire un truc qui nécessite des droits admin, vous vous logguez en root, et hop, vous faites vos bêtises. Si c'est très grave, ben votre system est foutu, mais peut-être réparable.
Si votre bêtise est petite, genre vous effacez un xorg.conf sans le faire exprès...
Bon ok, vous n'avez plus d'affichage graphique, mais vous pouvez toujours vous relogguer en root dans une console tty en faisant Ctrl-Alt-F1 à F6, tapant root, et le mot de passe root, recréer un xorg, et relancer Xorg.
Et bim vous revoilà nickel, et vous disant, je ne m'endormirai plus sur mon clavier en étant en root, et en éditant /etc/xorg.conf.  C'est un peu gros, mais c'est pour l'exemple, hein ?

Configuration 2 :
Vous êtes sous votre Kubuntu en utilisateur sudoers et vous êtes en train de travailler justement sur /etc/sudoers pour y faire des modifs....
Par ailleurs, vous travaillez avec plusieurs fichiers textes d'ouverts, vous faites un couper pour vider la fenêtre  sur laquelle vous travaillez, et vous sauvegardez et vous sauvez. Ce que vous n'avez pas vu dans la barre de titre, c'est que que vous veniez de changer de fenêtre et que vous avez coupé, vidé, et sauvegardé le fichier sudoers....
Etant donné que les droits su sont donnés à un sudoers pour quelques temps, quand vous vous rendez compte de la bourde (enfin, je dis vous....moi, hein.... ? )...il est trop tard !

Voilà que je me retrouve simple user, ayant bouzillé le seul fichier qui sait que je suis plus que ça : que je suis un sudoers...

Donc pour la comparaison : c'est comme dans les films d'espions, où tout le monde essaie d'effacer votre trace. Ben là, c'est pareil.


Recréer un fichier définissant les sudoers : c'est facile.
Le problème est que l'endroit où il doit être "mis", cad dans /etc, n'est évidemment accessible qu'à root (su) et aux sudoers....
Par ailleurs, vu que lancer des mises à jour se fait également par l'appropriation de droits admin temporaires, ben impossible.
Pas possible aussi de lancer firestarter (une interface graphique de parefeu, cf. ma rubrique Liens Linux).
Système utilisable, mais impossible d'administrer car en fait, dans cette catégorie 2, le compte root (désactivé par défaut) est activable, forcément, uniquement par les sudoers.... on se mord la queue là :)

Bref, la merde.

Donc ? Et bien merci Knoppix (cf. ma rubrique Liens Linux), distribution Linux LiveCD par excellence et que j'avais sur un étagère, qui m'a permis de  me logguer en root (sans mot de passe sous Knoppix), d'accéder à mes partitions Kubuntu, et de recréer le fichier /etc/sudoers

Moralité ? sudo c'est bien, mais avoir en plus le compte root déjà activé, au cas où, c'est mieux. (enfin, c'est mon avis).

Laissez vos avis avisés !

P.S.1 Kubuntu aussi possède un LiveCD, mais je n'arrivais pas à accéder à mes partitions (et j'avais pas envie de chercher des heures).
P.S.2 Kubuntu possède un mode rescue sur ce LiveCD, mais j'ai pas testé ce qu'il contient.
P.S.3 Vous pouvez avoir le même problème sous MacOSX si vous oubliez le mot de passe de votre session et que vous êtes sudoers. Il vous faudra un autre compte sudoers pour pouvoir réinitialiser votre mot de passe, sachant qu'il faut être sudoers pour créer des utilisateurs, et également des utilisateurs sudoers . Sinon, heureusement, il y a le CD d'installation de MacOSX qui permet de faire tout ça...




Restaurer sa Mandriva Flash USB

Par Nikoo :: 22/01/2007 à 21:20 :: Aide


Salut,
je me fais ici le relais d'une information qui pourrait intéresser certaines personnes ayant acheté le produit  de MandrivaLinux suivant :



dont je vous avais parlé ici.

Certaines personnes ont pu, pour diverses raisons, rendre leur clé USB Mandriva inutilisables, voici des informations qui devraient vous permettre de la réinitialiser sous sa configuration d'origine :

Solution du Club Mandriva

P.S. un outil de restauration est en cours de développement (on se demande pourquoi il n'a pas été prévu avant...), et sera disponible bientôt en téléchargement pour les personnes ayant acheté cette clé USB Mandriva.

Bye.


Désactivation/activation du Touchpad d'un ordi portable

Par Nikoo :: 14/01/2007 à 00:31 :: Aide
Salut,

juste une petite astuce trouvée sur les forum du club Mandriva.

Le touchpad de la marque Synaptics de votre ordinateur portable peut être "piloté" par le logiciel Ksynaptics.
Il suffit de l'installer, puis il est disponible dans le centre de contrôle de KDE > Périphériques > Tablette.

Ksynaptics permet de désactiver automatiquement le touchpad quand on tape au clavier, mais également de désactiver le touchpad, si on le souhaite, pour utiliser une souris USB. Plus d'info sur ksynaptics sous Mandriva ici.

Il est possible d'avoir en permanence une icône dans le systray (zone de notification), permettant de gérer les réglages du touchpad quand on le souhaite.

Bye.


Smart : super gestionnaire de paquets logiciels sous Linux !

Par Nikoo :: 08/01/2007 à 09:57 :: Aide


Comme promis, voici enfin une petite présentation de SMART ! 

SMART est un gestionnaire de paquetages logiciels sous Linux en développement depuis 2004. Il a été développé par Gustavo Niemeyer au sein de l'ancienne distribution Connectiva avant qu'elle ne soit absorbée par Mandrake (notre distribution nationale) pour donner Mandriva l'année dernière. Gustavo Niemeyer est encore le mainteneur du projet.


Smart est encore en phase beta (version actuelle stable 0.42 : version de développement 0.50rc1) mais est complètement fonctionnel pour des tâches basiques d'installation/désintallation/mise à jour d'un système personnel : perso, je l'utilise aussi bien qu'urpmi ou apt (les gestionnaires de paquets logiciels de Mandriva ou de Debian et de ses dérivées Ubuntu/Kubuntu) et c'est devenu mon gestionnaire par défaut sous Mandriva 2007.

Une première chose : je ne l'utilise pas sous Kubuntu, apt étant très efficace et rapide : donc suffisant pour mes besoins.

Je l'utilise sous Mandriva 2007. Pourquoi ?
Urpmi, le gestionnaire par défaut de cette distribution linux, gère bien les dépendances entre paquets logiciels, et est simple d'utilisation.
Mais :
- il est lent : lent à la récupération des paquets, et lent à l'installation
- il plante parfois au niveau des téléchargements selon le programme qu'il utilise pour l'ftp : curl ou wget (curl étant celui posant problème).
- il plante parfois lorsque il y a un pb de clé d'authentification des paquets ; certains vont dire qu'il n'y a qu'à désactiver la vérification des clés, mais ça reste un problème.


Les avantages de SMART ?
Ben déjà, vous prenez l'inverse des défauts d'URPMI de Mandriva, et vous avez les qualités

Ensuite :

Ubuntu/Kubuntu se sont dotées d'un système d'avertissement de mise à jour efficace sous la forme d'une petite icone dans le systray (la "zone de notification"...) depuis un bail déjà.
Sous Mandriva/Mandrake, ce type d'information est soumi à la souscription à un service payant (sisi, je vous jure...) appelé MandrivaOnline... (même Microsoft n'a pas osé faire payé ça...).
Certains vous diront qu'il est possible de se faire un script de notification ou bien au plus simple un script bash pour lancer la recherche et l'installation de mises à jour automatiquement au démarrage de la session.
Ceci étant : ce n'est pas le plus simple...

EDIT (01/05/07) : sous Mandriva 2007.1 "Spring", ce n'est plus le cas. Le système de notification de mise à jour est gratuit, et fonctionne maintenant très bien !

Donc en tout cas pour KDE, il existe un petit programme de notification couplé à Smart appelé KSmarttray (facile, hein ?), qui se charge de faire une vérification des medias d'installation à intervalles réguliers (que vous soyez connectés à Internet ou pas ne pose pas de problème : vous n'aurez pas de messages d'erreurs).
Lorsque des MAJ sont disponibles, vous avez une petite fenêtre surgissante qui apparaît momentanément.
Un clic, et un mot de passe root plus tard, et vous voilà devant la liste des MAJ disponibles.

Si vous choisissez d'installer, Smart contacte les différents mirroirs de téléchargements que vous avez configurer et télécharge en parallèle l'ensemble des paquets (Urpmi, lui, télécharge l'un après l'autre les paquets).
Ensuite, l'installation a lieu. Tout comme avec urpmi, vous pouvez continuer à faire ce que vous voulez Smart n'a pas besoin de vous :) Mais smart est bcp plus rapide (enfin je trouve )

A la fin, il peut vous afficher un message dans le "journal d'installation" selon les modifications qui ont été réalisées sur le système.

La force de smart réside par ailleurs en plusieurs choses :

- possibilité de définir différents medias en donnant une "priorité" à chacun : par exemple, vous pouvez faire en sorte que les dépôts PLF prennent le pas sur les updates de Mandriva (pour une même version d'un paquet !). Vous pouvez ainsi définir plusieurs niveaux de priorités (avec par exemple les dépôts du groupe SeersofSouls).

- possibilité de verrouiller des versions de logiciels : par exemple, vous souhaitez continuer de bénéficier des mise à jours/updates de Mandriva, mais en même temps garder les versions de certains paquets PLF, ou bien garder la version 1.5.0.9 de MozillaFirefox parce que vous n'aimez pas la nouvelle version 2.0.0.1

- possibilité de revenir à d'anciennes versions de paquets et aux anciennes dépendances de ce paquet !! Soit une réversion complète du système : si jamais une mise à jour multiple ou autre rend le système instable ou que cette nouvelle version ne vous convient finalement pas.

- possibilité d'installer des paquets au format .rpm mais aussi .deb !

- possibilité de réparer les dépendances cassées (par exemple cassées avec urpmi ou plutôt avec suite à une installation sauvage avec rpm -i :p). Smart, puisqu'il est smart (c'était facile...:D) est capable de détecter les pb de dépendances existants.

- s'utilise en mode graphique ou en ligne de commande.

- classement des paquets, de leurs informations.

- recherche efficace des paquets dans les medias présents.

Les défauts ? 

- L'interface graphique ne réalise pas une recherche/rafraîchissement des paquets "en cours de frappe", comme ce qu'on peut avoir dans Aptitude ou Synaptic sous Kubuntu et Ubuntu respectivement. Obligé de taper "Enter"....
- ben l'interface graphique n'est pour l'instant pas des plus jolies
- sinon, je vois pas....

Preuve que Smart se démocratise :
- le site de définition de medias easyurpmi permet d'obtenir les commandes à taper pour définir les canaux d'installation pour smart de la même manière que pour urpmi.
- Un site similaire spécifiquement dédié à la définition de medias d'installation pour Mandriva a été créé pour SMART par la communauté mandriva allemande (Mandrivauser.de) http://www.mandrivauser.de/smarturpmi/

Smart pour Mandriva 2007 se trouve dans le media "contrib", ainsi que ksmarttray : donc un dernier petit coup d'urpmi pour le récupérer .

Pour les liens :
Page d'accueil du projet : http://labix.org/smart
Page décrivant les fonctionalités (en anglais) : http://labix.org/smart/features
Page de la Foire Aux Questions (FAQ) (en francais) : http://labix.org/smart/faq-fr (vous trouverez ici des animations en flash).

Voici quelques copies d'écran de Smart en fonctionnement (réalisées avec Ksnapshot et également le plugin screenshot de Beryl !) :

















En espérant que ça vous a plu....





Beryl sous Mandriva 2007 : Aide à l'installation et vidéo.

Par Nikoo :: 27/10/2006 à 01:12 :: Aide
 

Salut à tous,

je suis très content de vous annoncer la sortie des paquets 64 bits pour le gestionnaire d'effets 3D beryl !

Pour plus d'infos concernant XGL, et les gestionnaires d'effets, allez voir mon billet :
"XGL : la beauté, le fun, mais aussi l'ergonomie d'un Bureau sous Linux"


Voici la procédure décrite par Bubar (un contributeur/modérateur du forum du Club Mandriva)
et légèrement reformulée par mes soins pour installer, et utiliser Beryl en lieu et place du couple compiz/XGL.
 
Rque : pour éditer les fichiers indiqués, il vous faut être loggué en superutilisateur en tapant la commande su dans un terminal (Konsole, au hasard...). Vous pouvez ensuite utiliser kwrite, ou tout autre éditeur et vous tapez dans le terminal : kwrite /chemin/le_fichier_à_modifier

1. Assurez-vous d'avoir les sources de votre kernel d'installées !
Installez les drivers correspondant à votre matériel (NVIDIA, ATI, Intel intégrée), et supportant l'accélération graphique.

Pour NVIDIA :
Si vous avez déjà défini les medias d'installation PLF, utiliser le Centre de Contrôle de Mandriva pour les installer.
Si vous n'avez pas ces medias PLF, utilisez
Easyurpmi pour les configurer.
Si vous souhaitez installer les drivers nvidia sans paramétrer les medias PLF, faites comme suit :

Prenez les 3 rpm du driver nvidia correspondant à votre architecture (x86-64 ici) et à votre carte graphique :
ftp://ftp.free.fr/pub/Distributions_Linux/plf/mandriva/2007.0/non-free/backports/binary/x86_64

dkms-nvidia-9631-1plf2007.0
nvidia-9631-
1plf2007.0
nvidia-devel-9631-1plf2007.0

Pour les installer :
- ouvrez un terminal (Konsole).
- logguez vous en superutilisateur (root) en tapant su et en fournissant le mot de passe.
-
tapez cd /home/moi_le_user/ce_foutu_dossier pour vous placer dans le dossier où vous avez mis les trois paquets.
- tapez urpmi ./*.rpm     (./ désigne le répertoire courant, et *.rpm signifie tous les fichiers ayant l'extension .rpm  ; donc attention à ce qu'il n'y ait que ces rpm  là ! )

Redémarrez (la façon la plus simple de faire prendre en compte les nouveaux drivers nvidia avec dkms).
Le démarrage sera plus long car il y aura installation du pilote NVIDIA.
Au lancement du serveur d'affichage X, vous devriez voir apparaître un logo NVIDIA joli comme tout.

2.Configurer les medias d'installation main_backports et contrib_backports correspondant à votre architecture 32 ou 64 bits en utilisant Easyurpmi.
Installer beryl en étant loggué en root (commande su + mot de passe) et en tapant.

urpmi beryl-core beryl-settings beryl-manager beryl-settings beryl-plugins emerald emerald-themes

ou bien en utilisant le très gentil et sage Centre de contrôle Mandriva.  :-)

Rque :
Si comme précédemment, vous ne souhaitez pas activer et configurer les dépôts backports, vous pouvez également récupérer uniquement les fichiers par ftp et les installer comme indiqué précédemment pour les drivers nvidia, mais n'oubliez aucun fichier et ses dépendances !!

Par ailleurs, le dépôt backport étant un "dépôt de travail", il se peut qu'il y ait temporairement des problèmes de synchronisation de versions, le temps de l'upload. Donc faites attention à ce que tous les paquets ci-dessus correspondent bien à la même version de beryl, pour éviter des problèmes de lancement du logiciel et de blocages (qui ne devraient tout de même qu'être temporaires).

3. Indiquer au système de ne plus utiliser ni Xgl ni compiz ("ne plus utiliser xgl" est valable dans la majorité des cas, excepté pour quelques cartes ati, voir plus bas).
 

en éditant les fichiers  /etc/sysconfig/xgl  et /etc/sysconfig/compiz et en y remplaçant respectivement :

XGL=no

et

COMPIZ=no

si vous souhaitez lancer beryl dès le début de votre session :

Editer le fichier /etc/sysconfig/compositing-wm comme suit :

COMPOSITING_WM_START=yes

# if COMPOSITING_WM is not empty, it overrides the default compositing window manager (which is compiz)
COMPOSITING_WM=/usr/bin/beryl

# if COMPOSITING_WM_ARGS is not empty, it overrides the default arguments for the compositing window manager
COMPOSITING_WM_ARGS=
"--indirect-rendering --replace"

# if COMPOSITING_WINDOW_DECORATOR is not empty, it overrides the default window decorator, the specified program will be run after compositing window manager
COMPOSITING_WINDOW_DECORATOR=/usr/bin/emerald


Pour lancer beryl-manager au démarrage de l'environnement KDE, il faut aller avec Konqueror dans /home/moi_le_user/
Afficher les fichiers cachés, aller dans ./kde/Autostart
et y créer un lanceur (bouton droit, Créer un nouveau... Lien vers une application).
Dans l'onglet Application, remplir le champ "Commande" par /usr/bin/beryl-manager

Rque : Bubar déconseille de faire ce lancement automatique, mais chez moi, j'ai jamais de problème. Par ailleurs, quand Beryl plante, il revient par défaut au gestionnaire Kwin natif de KDE. Donc pas de problème, donc c'est vous qui voyez.
Rque : Si vous décidez d'utiliser un autre décorateur qu'emerald (genre aquamarine), pensez à faire les modifications en conséquence.

4. Modifier la configuration du serveur d'affichage X, dans le fichier /etc/X11/xorg.conf selon vos besoins (seules les parties à modifier/à ajouter sont montrées ; donc rajoutez et modifiez ce qui vous manque) :

Pour les cartes/puces Intel :

Section "ServerLayout"
...
Option       "AIGLX"   "true"
...

Section "Device"
...
Option       "NoDDC"
Option       "XAANoOffscreenPixmaps" "true"
Option       "DRI"   "true"

Section "dri"
Group 0
Mode 0666

Vous pouvez tester l' accélération exa, mais ce n' est pas obligatoire :
Option "AccelMethod" "EXA"

Pour les cartes NVIDIA :

Section "device"
Option "RenderAccel" "True"
Option "DisableGLXRootClipping" "true"
Option "BackStoring" "True"

Section "screen"
Option "AddARGBGLXVisuals" "True"

Section "Extensions"
Option "Composite" "Enable"
Option "RENDER" "Enable"


Pour info, sur mon ordi portable ASUS A6KmQ007H, avec une NVIDIA GeForce Go 7300  Turbocache, sous Mandriva 2007 64 bits, voici mon xorg.conf si ça peut aider :

----------------------------------------------------------------------------------------------
# File generated by XFdrake (rev 57713)

# **********************************************************************
# Refer to the xorg.conf man page for details about the format of
# this file.
# **********************************************************************

Section "Files"
    # font server independent of the X server to render fonts.
    FontPath "unix/:-1"
   
    # minimal fonts to allow X to run without xfs
    FontPath "/usr/share/fonts/misc:unscaled"
EndSection

Section "ServerFlags"
    #DontZap # disable <Crtl><Alt><BS> (server abort)
    AllowMouseOpenFail # allows the server to start up even if the mouse does not work
    #DontZoom # disable <Crtl><Alt><KP_+>/<KP_-> (resolution switching)
EndSection

Section "Module"
    Load "dbe" # Double-Buffering Extension
    Load "v4l" # Video for Linux
    Load "extmod"
    Load "type1"
    Load "freetype"
    Load "/usr/lib64/xorg/modules/extensions/nvidia/libglx.so"
EndSection

Section "InputDevice"
    Identifier "Keyboard1"
    Driver "kbd"
    Option "XkbModel" "pc105"
    Option "XkbLayout" "fr"
    Option "XkbOptions" "compose:rwin"
EndSection

Section "InputDevice"
    Identifier "Mouse1"
    Driver "mouse"
    Option "Protocol" "ExplorerPS/2"
    Option "Device" "/dev/mouse"
EndSection

Section "InputDevice"
    Identifier "SynapticsMouse1"
    Driver "synaptics"
    Option "SHMConfig" "on"
EndSection

Section "Monitor"
    Identifier "monitor1"
    VendorName "Generic"
    ModelName "Flat Panel 1280x800"
    HorizSync 31.5-90
    VertRefresh 60
   
    # TV fullscreen mode or DVD fullscreen output.
    # 768x576 @ 79 Hz, 50 kHz hsync
    ModeLine "768x576"     50.00  768  832  846 1000   576  590  595  630
   
    # 768x576 @ 100 Hz, 61.6 kHz hsync
    ModeLine "768x576"     63.07  768  800  960 1024   576  578  590  616
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_120"  181.21  1280 1376 1520 1760  800 801 804 858  -HSync +Vsync
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_100"  147.89  1280 1376 1512 1744  800 801 804 848  -HSync +Vsync
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_85"  123.38  1280 1368 1504 1728  800 801 804 840  -HSync +Vsync
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_75"  107.21  1280 1360 1496 1712  800 801 804 835  -HSync +Vsync
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_60"  83.46  1280 1344 1480 1680  800 801 804 828  -HSync +Vsync
   
    # modeline generated by gtf(1) [handled by XFdrake]
    ModeLine "1280x800_50"  68.56  1280 1336 1472 1664  800 801 804 824  -HSync +Vsync
EndSection

Section "Device"
    Identifier "device1"
    VendorName "nVidia Corp."
    BoardName "NVIDIA GeForce 7 Series"
    Driver "nvidia"
    Option "DPMS"
    Option "RenderAccel" "True"
    Option "AllowGLXWithComposite" "True"
    Option "TwinViewOrientation" "Clone"
    Option "TwinView"
    Option "DisableGLXRootClipping" "True"
EndSection

Section "Screen"
    Identifier "screen1"
    Device "device1"
    Monitor "monitor1"
    DefaultColorDepth 24
   
    Subsection "Display"
        Depth 8
        Modes "1280x800"
    EndSubsection
   
    Subsection "Display"
        Depth 15
        Modes "1280x800"
    EndSubsection
   
    Subsection "Display"
        Depth 16
        Modes "1280x800"
    EndSubsection
   
    Subsection "Display"
        Depth 24
        Modes "1280x800"
    EndSubsection
    Option "AddARGBGLXVisuals" "True"
EndSection

Section "Extensions"
    Option "RENDER" "Enable"
    Option "Composite" "Enable"
EndSection

Section "ServerLayout"
    Identifier "layout1"
    InputDevice "Keyboard1" "CoreKeyboard"
    InputDevice "Mouse1" "CorePointer"
    InputDevice "SynapticsMouse1" "AlwaysCore"
    Screen "screen1"
EndSection

 
Pour les cartes ATI (sachant que je vous ai conseillé de les éviter cf. Conseils à l'installation ) :

ATTENTION note de Bubar : il peut y avoir des restrictions selon le type de cartes et donc le pilote utilisé. Certains cartes nécessiteront encore d' utiliser XGL. Merci de bien vouloir vous reporter aux divers posts du forum traitant de la question ati. Selon que vous utilisez le pilote FGLRX ou le R300 les configurations et les résultats seront différentes.

voici un exemple pour un driver Radeon :

Section "Device"
   Driver      "radeon"
   Option      "DynamicPM"       "True"
   Option      "DynamicClocks"      "True"
   Option      "AGPFastWrite"      "yes"
   Option      "EnablePageFlip"   "true"
   Option      "RenderAccel"      "true"
   Option      "MergedFB"      "false"
EndSection


et un exemple pour le driver fglrx (qui nécessite xgl, lui)

Option                              "NoDDC"
Option "no_accel"                   "no"
Option "no_dri"                     "no"
Option "mtrr"                       "off"
Option "DesktopSetup"               "single"
Option "HSync2"                     "unspecified"
Option "VRefresh2"                  "unspecified"
Option "GammaCorrectionI"           "0x00000000"
Option "GammaCorrectionII"          "0x00000000"

Tout ceci étant fait : redémarrez, histoire de voir si tout se passe bien.

Une fois beryl-manager lancé automatiquement grâce à votre lanceur dans ./kde/Autostart, vous devriez voir un petit rubis dans le systray à partir duquel vous avez accès à une foule de réglages des effets de "beryl", au choix du décorateur de fenêtre (emerald ou aquamarine ou autres).

Pour les chanceux qui sont sous NVIDIA ou Intel, ou sous certaines configurations ATI, vous pouvez donc désinstaller le serveur XGL, ainsi que compiz. Ils ne servent plus, tout étant géré par beryl et les pilotes de la carte graphique. Pour NVIDIA : attention, cette indépendance vis à vis d'XGL et de compiz n'est possible qu'à partir de la version 9629 des pilotes.

Voilà, c'est superbe !
Avec la version 0.1.2 de beryl (version actuelle 0.1.4), ça marche hyper bien sous Mandriva 2007 64bits sur mon portable ASUS A6KmQ007H.
Même en activant le plugin Water avec les effets gouttes et flaques, je ne dépasse pas les 15 % de charge processeur avec ma Nvidia GeForce Go 7300 en faisant tourner le cube, bouger les fenêtres en wobble (aspect chewingum), et en jouant avec la transparence, le tout avec une dizaine de programmes lancés (The GIMP, Openoffice, Firefox, Thunderbird, Amarok, Skype entre autres).

Par contre, quand la quantité de programmes lancés est trop grande (genre 12-15...je sais j'ai un peu abusé, mais c'était pour tester), j'ai certaines fenêtres qui deviennent noires, surtout si elles sont agrandies à la taille de l'écran.
Sûrement un pb de carte graphique malgré mes 1.5 Go de RAM, qui est une NVIDIA Turbocache. Je n'ai pas ce problème de fenêtres
noires avec une carte nvidia à mémoire dédiée de 128 Mo.

Si jamais, malgré les indications fournies ici, vous n'arrivez pas à faire marcher beryl sur votre système Mandriva, je vous conseille d'aller jeter un coup d'oeil sur le forum du club Mandriva, à la rubrique Bureau3D : vous pourriez y trouver une solution, ou au pire, y exposer votre souci/problème. Donc c'est par ici : Forum Bureau 3D sous Mandriva
 
Voici ce que ça donne sur mon ordi portable ASUS A6KmQ007H avec la première version de Beryl, la 0.1.1 :


Adblock

Conseils pour l'installation d'une distribution linux (contenu apporté petit à petit)

Par Nikoo :: 09/10/2006 à 01:17 :: Aide
Pour savoir ce qu'est une "distribution linux", ou "linux" allez voir mon post : Premier message...

Préambule, quelques conseils généraux :

Je vous fournis ici des conseils, purement personnels, pour installer une distribution Linux sur un ordinateur de type PC, pas des Mac (j'en parlerai une autre fois).

1.
Le matériel informatique :
Lorsqu'on achète du matériel informatique, il est très souvent conseillé de vérifier si ce matériel est supporté par le système d'exploitation utilisé.
Ceci est d'autant plus vrai et essentiel lorsqu'on veut utiliser le système d'exploitation linux (pour les puristes , appelé également GNU/linux). En effet, une triste particularité de ce système est que peu de support officiel existe et est fourni pour ce système par les constructeurs de matériel informatique. La raison est simple : "peu" de gens utilisent linux, donc pas rentable, donc on s'en fout. D'autres raisons à cela sont d'ordre juridiques vis à vis de la licence GPL, mais je n'entrerai pas là-dedans.

Tout ceci tend à changer : NVIDIA, notamment fournissant les meilleurs pilotes linux pour cartes graphiques d'ordi (meilleurs en terme de facilité d'installation, un seul pilote pour tous les modèles de cartes graphiques, et une bonne documentation de ce pilote). Mais ce n'est pas encore une généralité.

Les pilotes utilisés par le système pour faire fonctionner votre matériel informatique sont donc très souvent des pilotes développés par la communauté internationale du logiciel libre, et a pour conséquence que si le pilote n'est ni fourni par le constructeur, ni développé de manière indépendante par des gens comme vous et moi, mais programmeurs : et bien votre matériel ne sera tout bonnement pas reconnu, puisqu'il n'existe pas de pilote linux pour.


On trouve de plus en plus de gens qui essaient d'installer linux sans se renseigner d'abord si leur matériel est supporté et ensuite râlent sur tous les forum linux qu'ils peuvent trouver. Cela ne va pas en s'améliorant, étant donné que de plus en plus de gens s'intéressent à linux.

Donc renseignez-vous sur des sites internet ou dans les forum concernant la compatibilité de votre matériel, et éventuellement, des "trucs ou astuces" permettant quand même de faire fonctionner votre matériel si jamais ça ne marche pas directement. Regardez dans ma rubrique/catégorie : "Liens linux", vous verrez les liens vous permettant de trouver les informations que vous rechercher sur les compatibilités et les incompatibilités matérielles notoires.
Vous y trouverez également des liens vers les retours/tests effectués par des gens comme vous et moi de linux sur leur ordinateur portable.


Pensez à donner en retour votre propre expérience, positive ou négative sur tel ou tel matériel ou ordi portable
: ça ne mange pas de pain, et ça peut faire profiter un maximum de gens de votre expérience. S'il y a incompatibilité, votre achat n'aura ainsi pas été vain
!


Si jamais, après vos recherches, vous ne trouvez pas la solution à votre problème matériel ou de configuration de ce matériel, vous pouvez toujours poser votre question sur le forum fcolc (ça signifie : fr.comp.os.linux.configuration) en ayant préalablement lu la Foire Aux Questions (FAQ) de ce forum ; les gens ne s'étant pas préalablement débrouillés/renseignés un minimum tout seuls ne sont pas appréciés, attention aux retours parfois secs ! Consultez également surtout, et avant toute chose les forum d'aides matérielles spécifiques de la distribution que vous envisagez d'installer !!! Le support matériel pouvant varier d'une distribution à une autre.


Enfin, un conseil pour les cartes graphiques : préférer NVIDIA à ATI, quelque soit le type d'ordi. Les pilotes NVIDIA sont architecture 32 ou 64 bits spécifiques mais universels (quels que soient les modèles de cartes, pour ordi portable ou pas), s'installent les doigts dans le nez, et surtout marchent très bien, contrairement aux pilotes pour cartes ATI (c'est ce qu'il ressort globalement des "plaintes" dans les forum d'entraide).

Normalement, votre distribution possède les pilotes NVIDIA ou ATI déjà mis en paquets (rpm, deb, etc...). C'est notamment le cas de Mandriva, SuSe, Ubuntu/Kubuntu.
Mais si vous souhaitez les installer manuellement (et NVIDIA a rendu ça très simple ! ), voici où les trouver :

Pilotes NVIDIA
.  (legacy, désigne les drivers pour de "vieilles cartes graphiques", c'est à dire celles là).
Pilotes ATI
.


Les constructeurs vont devoir se mettre dans le crâne qu'il y a un marché linux, et que seuls ceux qui fournissent des pilotes simples/efficaces/bien foutus, pourront en profiter, et surtout entraîneront l'achat massif de leur matériel. Vivement qu'il y ait un constructeur de webcam qui entende cet appel !

2. Il faut tester les versions en développement !
Les développeurs et/ou entreprises créant des distributions linux n'ont pas encore, à l'échelle de leurs moyens financiers, la capacité de tester tous les matériels existants, puisque très très peu de partenariats ont pu être créés avec les constructeurs matériels (contrairement à M$).
Ainsi, il est de votre intérêt de tester les versions de développement des distributions linux qui vous intéressent et d'écrire un retour positif ou négatif (qui peut être accompagné d'un rapport officiel de bug, cf. votre distribution), afin que votre matériel, ordi portable, soit le plus tôt possible connu des développeurs de ladite distribution.
Ce genre de test est grandement simplifié et
sans risque pour vos systèmes existant depuis l'apparition des LiveCD. Même s'il ne remplace pas la véritable installation, il a le mérite de permettre de tester si le système peut marcher sur votre ordi ou pas.

3.
L'alternative : les "install party" !
Si jamais malgré votre forte envie d'essayer Linux, vous avez tout de même peur de réaliser l'installation tout seul, il vous reste une possibilité : les install party. Plusieurs fois dans l'année, partout en France, ont lieu des réunions de fan de linux au cours desquelles des gens avec un peu plus d'expérience que vous se proposent d'aider d'autres personnes à installer linux sur leur(s) ordinateur(s), le tout dans une ambiance décontractée. Elles coincident parfois avec la sortie d'une nouvelle version d'une distribution linux majeure comme Ubuntu/Kubuntu ou Mandriva. Elles ont lieu souvent sous l'égide des GUL ou LUG (Groupes d'utilisateurs linux) dont vous pourrez trouver la liste ici.

Je pense sincèrement qu'il convient un minimum avant d'y participer de :
- sauvegarder vos données sur un support externe (disque dur ou DVD, par exemples).
- d'avoir fait les démarches décrites au point 1. ci-dessus.


L'installation proprement dite :
1.
La première chose à faire avant d'installer une distribution linux est de choisir la distribution qui nous correspond le mieux en terme de goûts, tout simplement, mais également en terme besoins professionels ou personnels.

En ce sens, on peut, grossièrement
diviser les distributions en 4 groupes :

- les distributions des "connaisseurs", désirant maîtriser, optimiser à fond leur système :

Gentoo, ArchLinux, Slackware pour les plus connues.

- les distributions  "faciles" à utiliser, ou Windows-like, prêtes à l'emploi :

OpenSuSe (Allemande), Fedora Core (Américaine), Mandriva (Francaise),
Ubuntu/Kubuntu/Xubuntu (SudAfricaines), pour les plus connues (cf. la section "Liens Linux" de ce blog). La différence entre Ubuntu, Kubuntu, et Xubuntu étant l'environnement graphique : respectivement GNOME, KDE, Xfce.

- les distributions "outils" spécifiques d'une fonction particulière de firewall, lecteurs de media audio/video, etc...

- les autres (la majorité  )


2. Ensuite, lire la procédure d'installation indiquée sur le site internet de la distribution (suffit de chercher un peu), et les éventuels errata (known issues, known problems) connus lors de la sortie de la version de la distribution que vous souhaitez installer.

3. Sauvegarder ses données.

4. Vérifier les sommes de contrôle md5 des images CD/DVD d'installation téléchargées AVANT de les graver. Graver les images CD/DVD d'installation à faible vitesse (genre 4x ou 8x) pour éviter les erreurs de gravage. Ce n'est tout de même pas la mer à boire, et cela vous évitera pas mal de pb insolubles par la suite (et également d'encombrer les forum d'entraide avec des messages inutiles ).
Si vous gravez  depuis linux, c'est  facile,  le logiciel k3b
(logiciel de gravure par défaut sous KDE) vérifie ces sommes automatiquement avant de lancer le gravage (c'est bien linux...). Pour savoir comment faire depuis windows, c'est ici.

5. Ici, deux possibilités :

- vous décidez d'installer votre distribution sur un disque dur à part, alors passez au point 6 directement.
- vous décidez d'installer votre distribution sur le même disque que Windows.
Dans ce cas, il vous faut effectuer quelques nettoyages du disque et autres défragmentation.
Personnellement, voici ce que je fais :
    
o nettoyage du disque dur de tous les fichiers temporaires et autres en utilisant l'outil de "nettoyage de disque" de WindowsXP et ainsi que CCleaner et Regcleaner.
     o défragmentation du disque dur avec le défragmenteur de WindowsXP, puis en utilisant O&Odefrag en mode COMPLETE, puis SPACE. Personnellement, pour rendre la défragmentation optimale, je la fais, connection internet désactivée, antivirus inactivé, écran de veille désactivé, aucun programme de lancé dans le systray (zone de notification en bas à droite de l'écran, sur la barre des tâches).
     o redimensionner la partition ntfs (système de fichier souvent par défaut sous WindowsXP) du disque dur avec l'outil de partitionnement de Mandriva (harddrake, le seul auquel je fais confiance) afin d'aménager l'espace disque nécessaire. Quelque soit la distribution que j'utilise, j'effectue, pour l'instant, toujours cette étape, si elle est nécessaire, avec l'outil de Mandriva. Il ne m'a jamais déçu, il est très complet, et fiable depuis bientôt 5 ans. Concrètement, vous démarrez votre ordinateur avec un DVD ou CD d'installation de Mandriva dans votre lecteur DVD/CD, vous commençez l'installation et lorsque vous arrivez à l'étape de partitionnement, vous choisissez "Personnalisé". Vous faites votre redimensionnement de partition, validez les changements, et là vous n'allez pas plus loin dans l'installation, vous retirez le CD/DVD, vous redémarrez l'ordinateur, et mettez le CD/DVD de la distribution que vous souhaitez installer.
Il est évident que si vous souhaitiez installer Mandriva, vous n'avez pas besoin d'arrêter l'installation en chemin....



6. Installer la distribution avec tous les périphériques genre imprimantes, scanners, etc... débranchés afin d'éviter les éventuels bloquages liés à un problème de reconnaissance matérielle. Il sera toujours facile de les installer après. En ce qui concerne les ordinateurs portables, il peut être nécessaire de lancer l'installation en donnant au noyau des instructions particulières (je vous les mettrai sous peu avec leur signification).

7. Définition des partitions :
Plusieurs questions à se poser :
* linux pour tester ou pour utiliser ?
* combien de partitions ?

* pour quoi faire ?

* de quelles tailles ?
* sous quel(s)
format(s)/système(s) de fichier(s) ?

Des réponses qui découlent de ces questions, vous allez décider de votre schéma de partionnement du
disque dur.

- Si vous souhaitez juste tester des distributions linux en parallèle de votre système d'exploitation habituel, un peu d'espace libre suffit (mini 4 Go : 3 Go au grand max pour le système et 1 Go pour vos tests ; maxi 10 Go : 4 Go au grand max pour le système et 6 Go pour vos tests/données), et un schéma de partition très simple est possible : une partition racine marquée "
/" peut suffire si vous avez une quantité de RAM > ou = à 1 Go. Sinon, créez aussi une partition appelée "swap" qui sera une zone de votre disque utilisée par le système pour travailler lorsque la RAM vient à manquer. Le format le plus répandu et conseillé sera "ext3".

- Si vous souhaitez utiliser Linux comme système principal, vous avez beaucoup de choix possibles (parfois des partitionnements automatiques vous sont proposés par votre distribution avec juste "/" et "/home" (partition des données utilisateurs), je vous donne donc juste ce que je fais personnellement :
mes choix sont dictés par : des rumeurs sur les performances... et un souci de se "protéger" de la fragmentation des données. Ainsi je partitionne comme suit :

/boot : j'aime avoir les données de démarrage /boot sur une partition indépendante (sinon, ce répertoire ce situera dans votre partition / par défaut). Taille 50-100 Mo. J'utilise le format "ext3", bien éprouvé, bien testé.

/ : généralement pas plus de 3-3.5 Go pour cette partition système. Cette taille peut paraître vraiment petite, mais je vous assure que pour regarder des films, écouter de la zic, surfer sur le web, faire de la bureautique, retouche d'image, tchatter, ça suffit amplement d'ailleurs mon système occupe rarement plus de 2.4 Go... . J'utilise ici le format "
XFS". Si ça vous chante, vous pouvez aussi mettre le répertoire utilisateurs /usr sur une partition indépendante, afin de n'avoir que le système a proprement parlé sur / . Pour info, sur les 2.4 Go de ma partition racine /, /usr représente 2 Go (normal, puisque ce répertoire contient tous les programmes installés (/usr/bin/...) et leurs librairies (/usr/lib/...).

/home : taille que vous voulez. format XFS.

/var : généralement 500-600 Mo suffisent. Format XFS. Dans mon utilisation courante de simple utilisateur, je n'ai jamais eu besoin de plus. A noter que le gestionnaire de paquets de Ubuntu/Kubuntu laisse dans /var/cache/apt/archives les paquets téléchargés qu'il a installés. donc pensez à le vider de temps en temps.

/tmp : 1 Go. Format XFS.

Dans beaucoup de distributions, vous trouverez que /tmp et /var sont simplement des répertoires dans la partition racine /. Même si Linux
fragmente peu les données sur le disque contrairement à Windows, il y a tout de même fragmentation et, de la même manière que sous Windows je préfère mettre mes données et mes programmes sur des partitions séparées du système, je préfère mettre /var et /tmp comme des partitions indépendantes car ce sont des répertoires où se produisent beaucoup d'évènements d'écriture/effacement de données. /boot est en ext3 également parce que le chargeur de démarrage GRUB n'apprécie pas beaucoup XFS (ce chargeur devient un standard sur toutes les grandes distributions linux en remplacement de LILO). J'utilise XFS car le concepteur du système de fichier que j'utilisais avant (ReiserFS) est en prison pour meutre, et ReiserFS n'a donc pas un très bel avenir devant lui...

A l'utilisation, mon système linux reste bien plus réactif avec ce schéma de partitionnement qu'un système linux configuré avec juste /boot, /, et /home, ou même Windows sur une période d'au moins un an (malgré une séparation du système, des programmes et des données).


8. Choisir son environnement graphique : GNOME, KDE, XFCE, Fluxbox, Enlightment. Le choix vous appartient, à ceci prêt qu'il est notoirement reconnu que les environnements XFCE (projet français, si je ne me trompe pas), Fluxbox, et Enlighment sont les moins gourmands en terme de ressources système ; donc jetez un coup d'oeil aux "requirements" de chaque environnement, et prenez en compte les capacités de votre ordi. Normalement, vous devriez pouvoir faire tourner vos logiciels linux sous chacun de ces environnements, cependant, il faut savoir que KDE et de GNOME sont accompagnés de leurs suites de logiciels propres. Vous pouvez en installer plusieurs même pour en changer de temps en temps, après, c'est une question d'espace disque dur...

9.
Paramétrer votre connexion internet (parfois cela se fait pendant l'installation par le biais de l'installeur de la distribution qui vous guide dans cette étape importante).

10. Faire toutes les mises à jour proposées par internet AVANT de lancer quoi que ce soit comme programme.

11. Redémarrer, et c'est bon, un système linux prêt à l'emploi. Certains vous diront que ce n'est pas la peine de redémarrer. Perso, je préfère le faire juste après l'application des MAJ sur une installation fraîche. Après, et contrairement à Windows, les MAJ habituelles du système de nécessitent pas de redémarrage de l'ordinateur, et vous pouvez même travailler sans vous en soucier le moins du monde (en tout cas sous Mandriva et encore plus sous Ubuntu et Kubuntu).

Le temps total d'installation varie selon votre type d'installation. Pour les distributions classiques, il peut aller de 11 min (Ubuntu à partir du LiveCD) à 35 min (SuSe). Mandriva se situant autour de 20-24 min pour une installation de base de 2.5 Go. Globalement, cela reste moins long que l'install de Windows XP (30 min étant un minimum).

Nikoolinux - Blog créé avec ZeBlog